Dispartitia Campionului Olimpic, Hickstead

          Din pacate, nu putem sa va prezentam ca noutati doar vesti bune; avem si vesti mai putin bune, triste, chiar – asa cum este si aceea prin care anuntam cititorii nostri despre moartea unui mare si charismatic cal – Hickstead – care s-a stins chiar in timpul desfasurarii Marelui Premiu de la Verona, in urma  cateva zile. Inca nu se cunoaste cauza acestei morti subite si rapide a celui care a fost Campion Olimpic la ultimele Jocuri Olimpice, cele de la Beijing / Hong Kong, avand in sa pe canadianul Eric Lamaze, campion  olimpic en titre la Sarituri peste obstacole.

         Din respect pentru intreaga sa activitate sportiva si pentru amintirea clipelor frumoase de pe terenul de competitie, organizatorii Marelui Premiu de la Verona au intrerupt concursul, trecand pe ultimul loc, asa cum era si firesc, pierderile de ordin material si competitional, dar lasand pe primul loc cinstirea acestui deosebit Cal Campion…

Aveti mai jos doar unul din sutele de articole aparute in presa internationala despre acest nefericit eveniment, in forma sa originala, in limba franceza, sub penita reporterului sportiv francez Alban Poudret (Cavadeos.com):

            Champion olympique en 2008 à Hongkong, de tous les podiums (Mondiaux, Top 10 etc.) depuis, étalon le plus brillant, électrique et charismatique du monde, „Hickstead” est mort cet après-midi à l’issue de son parcours dans le Grand Prix Coupe du monde FEI Rolex de Vérone. A 15h25, Eric Lamaze quittait tranquillement la piste au pas, quand son génial compagnon s’est affaissé. Le Canadien a pu s’enlever de la selle, „Hickstead” s’est couché, s’est débattu quelques instants avant de perdre la vie.
Arrêt cardiaque? On parlait de rupture d’anévrisme, ce sera à confirmer, mais cela arrive parfois, enfin si rarement. De mémoire de cavalier, on n’avait pas vécu pareil drame dans un Grand Prix de CSI depuis des lustres. Et cela arrive au meilleur des meilleurs, au plus génial des géniaux.

Eric Lamaze abattu, aux côtés d’Eleonora Ottaviani, courageuse directrice du concours et directrice du Club des cavaliers (IJRC), le public en larmes, la scène était terrible. 25 à 30 minutes d’interruption, avant que les cavaliers ne reviennent tous à pied, à 16h00, pour rendre un hommage au meilleur cheval de la planète saut. D’entente avec les organisateurs, ils avaient eu le bon goût de décider de tout arrêter et de se recueillir, plusieurs en larmes, liquéfiés, et de rendre hommage à „Hickstead”, avec quelques mots touchants et une minute de silence.
Et chacun de rentrer chez soi la mort dans l’âme.

 „Hickstead” était un seigneur, qui a offert à Eric Lamaze les plus grands succès, les plus belles médailles, et au public du monde entier le rêve, la fascination. Pour Eric Lamaze, No 1 mondial dépouillé de sa moitié, comme pour le sport équestre, c’est un coup très rude et une des plus belles pages de l’histoire qui se tourne. Salut, champion et merci!        The Olimpic Champion at jumping, the charismatic horse Hickstead, died suddenly few days ago, right during the big competition Grand Prix of Verone – Italy.

His sudden and unexpected death made spectators cry, the G.P. organizers stop the competition and the journalists write hundreds of reports so far…

Please, read below one of these many words written about him, in its original form, in french.

Its  translation in english can be found soon on this page.

           Champion olympique en 2008 à Hongkong, de tous les podiums (Mondiaux, Top 10 etc.) depuis, étalon le plus brillant, électrique et charismatique du monde, „Hickstead” est mort cet après-midi à l’issue de son parcours dans le Grand Prix Coupe du monde FEI Rolex de Vérone. A 15h25, Eric Lamaze quittait tranquillement la piste au pas, quand son génial compagnon s’est affaissé. Le Canadien a pu s’enlever de la selle, „Hickstead” s’est couché, s’est débattu quelques instants avant de perdre la vie.

Arrêt cardiaque? On parlait de rupture d’anévrisme, ce sera à confirmer, mais cela arrive parfois, enfin si rarement. De mémoire de cavalier, on n’avait pas vécu pareil drame dans un Grand Prix de CSI depuis des lustres. Et cela arrive au meilleur des meilleurs, au plus génial des géniaux.

Eric Lamaze abattu, aux côtés d’Eleonora Ottaviani, courageuse directrice du concours et directrice du Club des cavaliers (IJRC), le public en larmes, la scène était terrible. 25 à 30 minutes d’interruption, avant que les cavaliers ne reviennent tous à pied, à 16h00, pour rendre un hommage au meilleur cheval de la planète saut. D’entente avec les organisateurs, ils avaient eu le bon goût de décider de tout arrêter et de se recueillir, plusieurs en larmes, liquéfiés, et de rendre hommage à „Hickstead”, avec quelques mots touchants et une minute de silence.

Et chacun de rentrer chez soi la mort dans l’âme.

 „Hickstead” était un seigneur, qui a offert à Eric Lamaze les plus grands succès, les plus belles médailles, et au public du monde entier le rêve, la fascination. Pour Eric Lamaze, No 1 mondial dépouillé de sa moitié, comme pour le sport équestre, c’est un coup très rude et une des plus belles pages de l’histoire qui se tourne. Salut, champion et merci!

Alban Poudret (Cavadeos.com)

close-link